Connect with us

Economie numérique

Ces sites algériens disparus trop tôt

Published

on

5 sites algeriens disparus trop tôt
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alors que nous entrons chaque jour dans une nouvelle ère du numérique en Algérie, il nous semblait important de rendre hommage aux sites algériens qui ont eu le courage de se lancer quand le timing n’était pas forcément parfait.

Qu’il soit des concepts originaux, des marketplaces ou des applications web, ces 5 sites ont parfois sans le vouloir tracer la voie pour d’autres.

Et comme le défunt Idir le disait si bien : « si l’on sait pas de l’on vient, l’on ne sait pas où on va ». il nous paraissait donc pertinent pour les jeunes pousses du web algérien d’entendre les histoires de leurs aînés.

Voici donc un focus sur 5 sites algériens disparus trop tôt :

Jib.li :

Lancé en 2011 par Ryadh Dahimene, aujourd’hui Data Scientist chez ElasticSearch, Jib.li était la première plateforme de covalisage. L’idée ? Faire parvenir des petits colis partout dans le monde à travers les voyageurs eux-mêmes.

Et c’est tout simplement dans les dynamiques des familles algériennes (« Jibli parfum m3ak men Paris » )(« ramène-moi un parfum avec toi de Paris ») que Ryadh a trouvé l’inspiration pour l’idée et le nom.

Malheureusement et malgré des publications dans de célèbres médias (le Monde, Crunchbase…), le projet a pris fin en 2014.

Pourquoi cela mérité de rester ? Innovant, ouvert sur le monde et projet qui a fait ses preuves par la suite avec d’autres sites du type.

Pourquoi a-t-il disparu ? Le timing n’était peut-être pas le bon.

DZRéduc :

Toujours en 2011 et inspirée par le succès de Groupon, Loubna Lehmici lance sur la toile DzRéduc, premier site de coupons et de réductions.

Si l’idée plaît, le marché algérien ne semblait pas être encore prêt à ce type de transactions et le site a disparu en 2012.

Pourquoi cela aurait mérité de rester ? Réelle plus-value pour le consommateur final et un début de digitalisation pour certaines marques de rétail.

Pourquoi a-t-il disparu ? Le timing n’était définitivement pas le bon.

Zikomar :

Lancé en 2017 par Abdelaziz El Ksouri, membre de Djmawi Africa, Zikomar était une marketplace pour la vente d’instruments de musique.

Si l’idée a emballé les musiciens, le projet a tout de même disparu en 2019, laissant les mélomanes quelque peu orphelins d’options en ligne.

Pourquoi cela aurait mérité de rester ? Car rares sont les sites de niche et encore moins ceux de la niche de la niche

Pourquoi a-t-il disparu ? Un manque de communication grand public probablement

HappyHmisa :

Dans un paysage où Oum Walid domine, HappyHmisa apportait un vent de fraicheur en proposant une ribambelle de recettes algériennes avec pour particularité que celles-ci étaient soit Vegan soit végétariennes.

Un premier pas dans le monde du healthy, qui n’était peut-être pas autant mis en avant en 2016.

Pourquoi cela aurait mérité de rester ? Pour l’originalité et le vent de fraîcheur apportés au paysage du web algérien.

Pourquoi a-t-il disparu ? Un manque de communication et un timing qui n’y était pas

Digikaz :

Lancé par Mehdi Sahraoui en 2012, Digikaz se voulait un site de petites annonces orienté seulement vers le matériel informatique et d’électronique.

Malheureusement, les internautes algériens, peu nombreux à l’époque, se sont contentés de renforcer la place de leader de Ouedkniss.

Pourquoi cela aurait mérité de rester ? Pour apporter un autre son de cloche du coté des sites d’annonces.

Pourquoi a-t-il disparu ? On se répète mais TIMING IS EVERYTHING.


Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Continue Reading