fbpx
Connect with us

Économie

5 choses à savoir avant de lancer son entreprise en Algérie

Published

on

Choses à savoir lancer entreprise en Algérie
Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Si l’impulsion en termes de création de nouvelles entreprises est bien là, il est parfois difficile voire compliqué d’imaginer ce qui nous attend en lançant dans l’entrepreneuriat en Algérie. Voici donc 5 choses à savoir avant de lancer votre entreprise ou société en Algérie.

7 activités sont exemptées de local :

En addition des activités jugées non sédentaires (pensez food truck ou vendeur à la sauvette), sept activités sont exemptes de local ou de se lier à un bail commercial sur leur registre de commerce.

L’idée étant de développer les entreprises du numérique, tous les codes d’activités concernés touchent à ce domaine.

La liste des activités sans local

607001 : Bureau d’études et de conseils en informatique (Consulting).
607002 : Installation de réseaux et traitement de données.
607019 : Entreprise de Génie informatique industriel et productif.
607025 : Création et exploitation de services d’accès à internet.
607065 : Création et exploitation de services de VoIP.
607069 : Programmation de logiciels informatiques.
613233 : Installation, maintenance et réparation du matériel et logiciels informatiques de chiffrement.

Vous avez droit à des dispositions fiscales spéciales dans ces cas de figure :

De nombreux dispositifs mis en place par l’Etat permettent aux entreprises de profiter d’abattements ou de régimes fiscaux spéciaux. Voici 4 d’entre-eux :

Un projet développé dans le cadre de l’ANADE (ex ANSEJ)

Un projet créé dans le cadre de l’ANADE (ex ANSEJ) profitera d’une exonération totale de l’Impôt Forfaitaire Unique(IFU) ou de l’imposition d’après le régime du bénéfice réel pour une période allant de 03 à 10 ans et ce, selon le lieu d’implantation de la société.

Un abattement d’impôt sur le revenu global (IRG) ou l’impôt sur les bénéfices des sociétés (IBS), selon le cas, ainsi que sur la taxe sur l’activité professionnelle (TAP) sera également possible, suivant ce modèle :
  – 1ére année d’imposition : un abattement de 70 %.
  – 2ème année d’imposition : un abattement de 50 %.
  – 3ème année d’imposition : un abattement de 25 %.

A lire aussi  L'ENIE leader des énergies renouvelables

Un projet développé dans le cadre de l’ANGEM :

Les promoteurs optant pour le régime de Micro-crédit de l’ANGEM profiteront d’une exonération totale de l’impôt sur le revenu global ou de l’impôt sur les bénéfices des sociétés pendant une période de trois (3) ans.

Un abattement d’impôt sur le revenu global ou l’impôt sur les bénéfices des sociétés (IBS), ainsi que sur la taxe sur l’activité professionnelle, suivra le même principe que celui de l’ANADE.

Projet bénéficiant du « label startup » :

Dernier arrivé des dispositions, les jeunes pousses disposant du label startup « sont exonérées de la taxe sur l’activité professionnelle (TAP). Elles le sont aussi de l’impôt sur le revenu global (IRG). Ou de l’impôt sur les bénéfices des sociétés (IBS) et ce, pour une durée de quatre 04 ans »

Projet lancé au Sud du pays :

Les Hauts Plateaux et le Sud du pays connaissent de nombreux plans de relance et d’incitation à l’investissement depuis plusieurs années. Ainsi, toute société ou personne physique résidantes et exerçant « une activité dans les wilayas d’Illizi, Tindouf, Adrar et Tamenrasset » profitent d’une réduction de 50% du montant de l’IRG et d’IBS.

A lire aussi  La Tunisie adoptera prochainement son "Startup Act"

Les wilayas de Timimoun, Bordj Badji Mokhtar, In salah, Aïn Guezzam et Djanet bénéficient des mêmes dispositions.

Vous devez déclarer un employé à la CNAS au maximum 10 jours après son entrée en fonction

Si vous devez recruter dans un premier, gardez en tête que vous avez légalement une fenêtre de 10 jours afin de déclarer vos éléments auprès de la Caisse Nationale des Assurés Sociaux (CNAS). Dépassé ce délai, vous risquez de subir des pénalités de retard.

Votre capital social vous reviendra

A la création de la société ou de l’entreprise en Algérie, il vous faut déposer votre capital social auprès du trésor. Mais n’ayez crainte, la somme vous reviendra à la création finale de la société.

Vous n’êtes pas obligés de fournir la totalité du capital

Et en parlant de capital social d’une entreprise, plus ce dernier est important, plus il vous sera possible de ne mettre qu’un quart de la somme. Exemple : si vous décidez de mettre un capital social de 1 000 000 de dinars, vous pouvez ne fournir que 250 000 DA.


Partagez cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Continue Reading

Suivez-nous sur Facebook et ne ratez aucune information ;)